J’ai testé l’art du Kintsugi (et j’ai raté)

1 Shares
3
0
1

Le Kintsugi est un art japonais qui consiste à réparer des objets (en céramique, en porcelaine) en soulignant ses failles par un procédé à base de laque (résine) et de poudre d’or. Après avoir cassé une première assiette en céramique que j’ai été contrainte de jeter, je me suis dit qu’il était temps de tester cet art afin d’arrêter de gaspiller des objets à force de maladresse. Je vous parle ici de l’histoire de ce procédé, le tutoriel que j’ai suivi et surtout, où je me suis plantée.

La face réussie de mon premier essai de Kintsukuroi. – Photo : Studio Cagibi, 2020

La belle histoire du Kintsugi

On raconte qu’au XVème siècle, le shogun Ashikaga Yoshimasa aurait cassé son bol “Chawan” qu’il emmenait à toutes les cérémonies du thé auxquelles il assistait. Renvoyé en Chine d’où il provenait, le bol est revenu réparé par de simples agrafes qui défiguraient le bol. Les artisans se sont donc démenés pour trouver une méthode plus esthétique de réparation. C’est ainsi qu’est né le Kintsukuroi (littéralement, “réparation à l’or”) ou l’art du Kintsugi (“jointure à l’or”) basée sur la technique artisanale du maki-e. Cet art s’inscrit dans le courant de pensée japonais appelé Wabi-Sabi.

Concrètement, le Kintsukuroi s’effectue en collant les morceaux entre eux par le biais d’une laque naturelle provenant de l’arbre laquier (cette laque est très toxique). L’objet est alors saupoudré d’or (ou tout autre métal en poudre – on appelle la méthode qui utilise l’argent le gintsugi).

Le Kintsugi est également utilisé comme métaphore pour illustrer le concept de résilience en psychologie. On considère que l’objet qui aurait été brisé après un choc violent pourrait être réparé et devenir encore plus beau et plus fort par la suite. Autant vous dire que le Kintsugi a su me charmer de toute part – son histoire, ses principes, et tout ce qui s’en rapproche m’ont complètement séduite.


Le matériel

Colle epoxy à 2 composants (Sencys chez Brico)

Poudre d’argent ou d’or

Un objet en céramique ou en porcelaine brisé

Un contenant pour mélanger la colle à la poudre

Une baguette de bois pour l’application du mélange


Un morceau de papier à poncer à gros grain

Un cutter


Un rouleau masking-tape


Conseils : Vous pouvez opter pour la poudre mica qui est un composant naturel souvent utilisé dans les préparations de produits cosmétiques. Il en existe en plusieurs couleurs, notamment en or. 
J'ai utilisé un contenant de sauce que je garde pour ce genre de travaux. Attention, n'utilisez pas le contenant ensuite pour une autre utilisation que celle-ci.

Les étapes


1

Commencez par assembler les morceaux de votre objet pour vous faire une idée de là où se glissera chaque morceau. Vous pouvez les fixer entre eux à l’aide du masking tape comme sur la photo ci-dessous.


Les prochaines étapes vont se succéder très rapidement, et il vous faudra faire preuve d'agilité, de rapidité et de patience tout à la fois pour maîtriser la pose de la colle. 

2

Pressez sur la seringue epoxy pour faire sortir les deux composants – un tout petit peu suffira (beaucoup moins que sur la photo, et toujours en fonction de la zone à recouvrir). Versez un peu de poudre colorante dedans et mélangez assez rapidement avec la baguette pour que la colle s’imprègne de la couleur.



3

À l’aide de votre bâtonnet ou baguette de bois, appliquez le mélange assez rapidement et en une couche un peu épaisse et collez les deux premiers morceaux ensemble. Tenez-les serrés de 5 à 10 minutes (en fonction du temps de pose de votre colle).


Attention, résistez à l'envie de toucher à la colle pour vérifier qu'elle est sèche... j'ai fait l'erreur plusieurs fois (vous le verrez plus tard ci-dessous). 

4

Procédez ensuite de la même façon pour les autres pièces. A la toute fin, utilisez un cutter pour enlever l’excès de résine sur la céramique.


CONSEILS

  • Restez patient.e. La colle met un petit peu de temps à sécher. Pourquoi pas réaliser ce kintsugi sur plusieurs jours ?
  • Ne touchez pas la colle avec les doigts pour vérifier si celle-ci est sèche. Ne la touchez d’ailleurs avec rien du tout! Vous ferez de grosses traces de doigts et l’effet ne sera pas réussi.
  • Assurez-vous que les morceaux s’emboîtent correctement, au fur et à mesure. Ma plus grande erreur a été de lâcher ma vigilance lorsque la colle séchait – certains morceaux se sont légèrement décalés et la dernière pièce ne pouvait plus s’emboîter correctement.
  • Une solution pour pallier à ce soucis est de poncer longuement et patiemment la pièce mise en cause pour pouvoir à nouveau la faire entrer dans sa case. Ma patience a eu, pour ma part des limites.

En conclusion, mon premier essai n’est pas réussi. Un des morceaux se refuse à entrer là où il doit aller et la patience m’a quittée. Dans le meilleur des cas, j’arriverai à rattraper le coup en utilisant un cutter et en grattant les zones qui ont débordé. Peut-être que j’essaierai de remplir à nouveau certaines zones de résines et je saupoudrai la poudre d’argent avant séchage de la colle. Il y a certainement beaucoup d’essais à réaliser avant de perfectionner cet art – et surtout prendre le temps et ne pas commencer en fin de journée comme moi, quand l’énergie vient à nous quitter.

Il me paraissait très important de vous montrer l’envers du décor – toutes les choses entreprises sur ce blog et tous les autres blogs de DIY n’ont pas réussi du premier coup. Certaines méthodes nécessitent d’être apprivoisées et ce n’est pas grave de ne pas y arriver.

Pour en savoir plus


J’espère que vous trouverez votre bonheur et que mon article pourra vous inspirer un peu. Si vous aussi vous souhaitez vous inspirer de mes créations, n’hésitez pas à taguer @studiocagibi sur les réseaux sociaux!


4 Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like